• sarahfornalik

Dénutrition du sujet âgé : un véritable fléau


Bras_et_main_personne_agee_denutrie
Au moins un million de personnes de plus de 70 ans est atteint de dénutrition en France.

Près de 3 millions. C'est le nombre de Français touchés par la dénutrition. Si cet état pathologique peut affecter des personnes de tous âges, au moins un tiers a plus de 70 ans. Perte de poids, baisse de l'appétit, diminution de la force musculaire... Ces symptômes sont fréquents chez la personne âgée. Ils peuvent pourtant être dramatiques. Pour mieux prévenir ce problème, la Haute Autorité de Santé (HAS) s'est associée à la Fédération Française de Nutrition (FFN). Ce partenariat a donné lieu à une nouvelle recommandation sortie en novembre 2021. Elle s'adresse à toutes les personnes s'occupant d'adultes âgés : professionnels de santé et du secteur médico-social, aidants. Elle fait état d'une évolution des critères diagnostiques par rapport à ceux publiés en 2007. Cette directive s’inscrit dans la continuité de celle de 2019. Son objectif est de diagnostiquer la dénutrition le plus tôt possible et d'évaluer ses degrés de sévérité. Vous êtes aidant et souhaitez connaître les spécificités de la dénutrition chez votre proche âgé ? Vous travaillez dans un établissement de santé et voulez vous assurer de prendre en charge la dénutrition des patients de plus de 70 ans de façon efficace ? Découvrez, sans plus attendre, notre dossier sur ce problème majeur de santé publique.



Bien comprendre la dénutrition des personnes âgées


Quelle est la définition de la dénutrition ?


Il s'agit de l’état d’un organisme en déséquilibre nutritionnel. Il est caractérisé par un bilan énergétique et/ou protéique négatif.


Quelles sont les causes de la dénutrition ?


Plusieurs facteurs peuvent en être à l'origine :

  • déficit d’apport protéino-énergétique ;

  • augmentation des dépenses énergétiques totales ;

  • augmentation des pertes énergétiques et/ou protéiques.

Le régime idéal des plus de 70 ans est une alimentation riche et variée.


Quelles sont les conséquences de la dénutrition ?


Les effets sur les tissus sont délétères. Ils provoquent des modifications des fonctions et/ou de la composition corporelle. Celles-ci sont associées à :

  • une aggravation du pronostic des maladies ;

  • des complications aigües ;

  • une diminution de la qualité de vie ;

  • une augmentation du risque de dépendance.

Quelles sont les spécificités de la dénutrition chez les seniors ?


Si ces répercussions concernent tous les publics, la perte d'autonomie touche plus particulièrement les personnes âgées. C'est une des principales nuisances de la dénutrition chez les plus de 70 ans. En outre, parmi les complications, on compte un risque supplémentaire :

  • d'infections ;

  • de chutes et de fractures ;

  • de retards de cicatrisation ;

  • d'escarres ;

  • de iatrogénies* ;

  • d'hospitalisations prolongées.


Or, ces complications sont elles-mêmes des facteurs de dénutrition. Il s'agit-là de la « spirale de la dénutrition » et de la « cascade gériatrique ». Il est donc primordial de dépister et de prendre en charge la dénutrition des personnes âgées le plus tôt possible


Diagnostiquer les carences des plus de 70 ans : des indicateurs précis


Les critères phénotypiques et étiologiques de la dénutrition


Le diagnostic de dénutrition repose sur l’association de ces deux éléments.


Les critères phénotypiques** :

  • perte de poids ≥ 5 % en 1 mois ou ≥ 10 % en 6 mois ou ≥ 10 % par rapport au poids habituel avant le début de la maladie ;

  • IMC < 22 kg/m2 ;

  • sarcopénie*** confirmée par une réduction quantifiée de la force et de la masse musculaire.


Les critères étiologiques**** :

  • Réduction de la prise alimentaire ≥ 50 % pendant plus d’1 semaine ou toute réduction des apports pendant plus de 2 semaines par rapport à la consommation alimentaire habituelle ou aux besoins protéino-énergétiques ;

  • Absorption réduite (malabsorption/maldigestion) ;

  • Situation d’agression (avec ou sans syndrome inflammatoire) : pathologie aiguë ou pathologie chronique évolutive ou pathologie maligne évolutive.

Si un critère étiologique disparaît au cours du suivi (reprise de l’alimentation, guérison d’une maladie etc.), le diagnostic de dénutrition prévaut tant qu'un critère phénotypique persiste.



Assiette_poulet_cereales_completes_brocolis
Le régime alimentaire des seniors doit être riche en protéines


Fragilité, sarcopénie, cachexie et dénutrition : des diagnostics proches


La dénutrition partage des critères diagnostiques avec la fragilité, la sarcopénie et la cachexie*****. Si un de ces symptômes est identifié, il doit évoquer une dénutrition. Celle-ci est le plus souvent multifactorielle chez le sujet âgé. C'est pourquoi un bilan étiologique complet est nécessaire. L’interrogatoire et l’examen clinique doivent permettre de mettre en lumière d’autres critères étiologiques.


Cas particulier : la dénutrition sévère des sujets âgés


Une fois le diagnostic de dénutrition posé, il convient de vérifier la présence de critères de sévérité. Une seule de ces caractéristiques suffit.


Les critères de dénutrition sévère sont :

  • IMC < 20 kg/m2 ;

  • Perte de poids ≥ 10 % en 1 mois ou ≥ 15 % en 6 mois ou ≥ 15 % par rapport au poids habituel avant le début de la maladie ;

  • Albuminémie****** ≤ 30 g/L.


Surveiller l'état nutritionnel des personnes âgées : nos 4 conseils


Évaluer les 5 indicateurs clés


Quel que soit le statut nutritionnel de la personne, il convient de mesurer :

  • le poids ;

  • l’IMC ;

  • l’appétit ;

  • la consommation alimentaire ;

  • la force musculaire.


Utiliser des outils de mesure adaptés


La pesée doit toujours être effectuée sur le même dispositif. La force musculaire, quant à elle, doit être mesurée par la force de préhension ou le test du lever de chaise. En outre, l’appétit et la consommation alimentaire peuvent être estimés :

  • par une échelle visuelle ou verbale analogique ;

  • par une échelle semi-quantitative (portions) ;

  • par un diététicien.


Enfin, il est recommandé de surveiller de manière régulière l’état bucco-dentaire, les capacités de mastication et de déglutition. Ces troubles peuvent, en effet, expliquer pourquoi une personne âgée arrête de manger. Ils sont, entre autres, responsables du gâchis alimentaire en EHPAD.


Impliquer l'entourage proche


La surveillance de l'état nutritionnel des sujets âgés ne relève pas de leur seule responsabilité. Elle concerne également :

  • les proches aidants ;

  • les professionnels de santé ;

  • les experts du milieu social et médico-social.


Définir une fréquence de surveillance adaptée


Elle dépend du lieu de vie des personnes âgées. L'évolution de leur statut nutritionnel doit être vérifié :


  • en ville : une fois par mois à domicile et à chaque consultation ;

  • à l’hôpital (services de médecine, chirurgie, obstétrique, soins de suite et réadaptation) : à l’entrée, puis au moins une fois par semaine, et à la sortie ;

  • en Établissement Hospitalier pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) et en Unités de Soins de Longue Durée (USLD) : à l’entrée, puis au moins une fois par mois, et à la sortie. Elle doit être plus fréquente en cas d’évènement médical (infection, chirurgie...) ou de diminution de l’appétit et des apports alimentaires.


Dépister l'état pathologique chez les seniors obèses


Contrairement aux idées reçues, un IMC normal ou élevé n’exclut pas la possibilité d’être dénutri.


Femme_obese_debout
Une personne en situation d'obésité ou de surpoids peut être dénutrie

Comment repérer la dénutrition chez nos aînés en situation d'obésité ?


Le diagnostic repose sur l’association d’un critère phénotypique et d’un critère étiologique. Les critères phénotypiques à prendre en compte sont les suivants (un seul critère suffit) :


  • perte de poids ≥ 5 % en 1 mois ou ≥ 10 % en 6 mois ou ≥ 10 % par rapport au poids habituel avant le début de la maladie ;

  • sarcopénie confirmée.


En présence d’un critère étiologique, une telle perte de poids est un critère phénotypique de dénutrition, même si celle-ci est volontaire. En cas de perte de poids à visée thérapeutique, l’évaluation individualisée de la balance bénéfice/risque est particulièrement importante. Le risque de dénutrition est plus élevé chez la personne âgée que chez l’adulte jeune. À défaut de critères de sarcopénie définis spécifiquement chez la personne âgée en situation d’obésité, il est recommandé d’utiliser les critères de sarcopénie de l’EWGSOP2*******.


Comment diagnostiquer la dénutrition sévère chez les plus de 70 ans en surpoids ?


Lorsque le diagnostic de dénutrition est établi, il est recommandé de déterminer la présence de critères de sévérité. Les critères de dénutrition sévère sont les suivants (un seul critère suffit) :

  • perte de poids : ‒ ≥ 10 % en 1 mois, ‒ ou ≥ 15 % en 6 mois, ‒ ou ≥ 15 % par rapport au poids habituel avant le début de la maladie ;

  • albuminémie ≤ 30 g/L.

La surveillance de l’état nutritionnel des personnes âgées en situation d’obésité est identique à celle des personnes âgées non d’obèses.



Avec, au minimum, un million de sujets atteints en France, la dénutrition des plus de 70 ans compte parmi les défis majeurs de santé publique. Diminution de la qualité de vie et complications en tout genre : ses conséquences sont nombreuses. Elles augmentent le risque de dépendance et peuvent mener jusqu'à la mort. Ce phénomène de cascade, où les éléments pathologiques s'aggravent les uns les autres, est typique de la gériatrie. La recommandation de novembre 2021 devrait contribuer à enrayer cette "spirale de la dénutrition". La HAS et la FFN y donnent des outils clairs et directement applicables aux personnes s'occupant de seniors. Un diagnostic rapide et fiable de la dénutrition est une des clés pour stopper ce fléau. Cette directive met également en lumière l'étonnant duo dénutrition et obésité. L'alliance de ces deux pathologies est particulièrement pernicieuse car contre-intuitive. Il convient donc de procéder aux vérifications préconisées. Enfin, une fois la dénutrition diagnostiquée et soignée, il est nécessaire de surveiller l'état nutritionnel des personnes âgées. Plusieurs bonnes pratiques existent. Chaque aidant et/ou soignant doit déterminer celle qui lui convient le mieux. L'application Timelink Diets s'ancre dans cette démarche. Elle permet un travail collaboratif répondant au mieux aux besoins nutritionnels du patient ou du résident. Ainsi, des menus personnalisés sont créés par un.e diététicien.ne en fonction des recommandations médicales et des aversions. Les cuisiniers n'ont plus qu'à élaborer les plats dans le respect du régime alimentaire défini. Timelink Diets optimise la fiabilité des systèmes de gestion des repas des établissements de santé.



* iatrogénie : trouble ou maladie consécutifs à la prise d'un médicament ou à un traitement médical

** critère phénotypique : caractère observable chez un individu

*** sarcopénie : perte de masse musculaire associée à une baisse de la performance et de la force musculaire, observée principalement au cours du vieillissement

**** critère étiologique : critère relatif à la cause d'une maladie

***** cachexie : état d'affaiblissement et d'amaigrissement extrêmes, lors d'une dénutrition ou de la phase terminale de certaines maladies

****** Albuminémie : elle est mesurée par immunonéphélémétrie ou immunoturbidimétrie. L’estimation de l’albuminémie à partir de l’électrophorèse des protéines ne doit pas être utilisée. Les seuils d’albuminémie sont à prendre en compte quel que soit l’état inflammatoire.

******* EWGSOP2 : le diagnostic de la sarcopénie proposé par le groupe de travail EWGSOP repose sur l'évaluation de la masse musculaire, de la force musculaire (par la mesure de préhension à l'aide d'un dynamomètre) et de la performance physique (fonction musculaire)



Sources :


https://www.has-sante.fr/jcms/p_3165944/fr/diagnostic-de-la-denutrition-chez-la-personne-de-70-ans-et-plushttps://www.has-sante.fr/jcms/p_3165944/fr/diagnostic-de-la-denutrition-chez-la-personne-de-70-ans-et-plus


https://www.has-sante.fr/jcms/p_3297932/fr/diagnostiquer-plus-precocement-la-denutrition-chez-la-personne-agee-de-70-ans-et-plus


https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2021-11/reco368_recommandations_denutrition_pa_cd_20211110_v1.pdf


https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2021-11/argumentaire_denutrition_pa_10_nov_2021_v2.pdf


https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2021-11/reco368_fiche_outil_denutrition_pa_cd_20211110_v1.pdf



Nos dernières actualités :